Retour
09.10.2013 | HUGO TRACKS

INTRODUCINGMISTER SATURDAY NIGHT

Malgré l'influence légendaire de Chicago et de Detroit sur la musique électronique, ce genre musical n'obtient pas autant de succès que les raves en Allemagne ou en Angleterre.Néanmoins il existe une scène underground très active avec un tas de labels, d'artistes et d'organisateurs extraordinaire. Certaines de ces personnes exercent toutes ces tâches en même temps, et c'est ici que commence l'histoire de Mister Saturday Night Eamon Harkin et Justin Carter se sont mis à colaborer dans les années 2000 et ensemble, par leur efforts, ont réussi à construire un royaume musical relativement petit mais solide à Brooklyn. Cela, ils le doivent aussi bien à leur considération vis à vis de détails méticuleux qu'à leur aperçu général de la chose. Maintenant mettons ces propos pathétiques de côté et laissons les deux raconter leur histoire.

Plus de photos

Mister Sunday at Prospect Park, Brooklyn © Natalie Keyssar

Pourriez vous nous décrire quel but vous poursuivez avec votre label et vos soirées?
JC: Le but des soirées est d'instaurer une communauté. La piste de danse doit être un lieu dans lequel les gens partagent des moments musicaux entre eux. Par conséquent on porte beaucoup d'intention à notre musique dans nos soirées; on essaye de trouver des locaux dans lesquels la piste est assez grande pour que l'ensemble des personnes puissent danser (même si entre temps cela nous est difficile vu que les soirées s'acroissent et qu'il est de plus en plus difficile de trouver ce genre de locaux dans l'univers immobilier de New York qui est très limité). De plus nous avons des règles qui encouragent les gens à ignorer leur smartphones et leur appareil photos pour profiter du moment présent.
En  dehors de la piste de danse nous essayons d'aménager d'autres endroits agréables afin que les gens se rencontre et puissent entamer une discussion. Ceci est un point capital pour une soirée qui reste tout de même souvent oublié. Les Hommes sont sociables et veulent apprendre à se connaître. La piste de danse est conçu pour le faire de manière non verbal, mais il est aussi obligatoire d'avoir un endroit dans lequel on peut converser sans être obligé de crier plus fort que la musique.

Pour avoir un succès assuré en club on dit qu'une cave, de la lumière rouge et une certaine atmosphère sont suffisants. Vous seriez d'accord avec cette affirmation ou vous conseilleriez une autre recette?
JC: Je pense qu'on a besoin d'un peu plus que ça. Les réponses à la question précèdente sont les choses que je trouve importante pour une soirée. Pour ce qui est de la lumière rouge, j'ai jamais été un grand fan. Je pourrais m'énerver éternelement à ce propos. Cela donne au clubs l'apparence d'un bordel ... La lumière à nos soirées est plutôt analogue. Un copain Jeffrey Ralston s'occupe de la décoration à nos soirées. Il construit de grandes statures similaires et gonflables qui possèdent un corps multicolor. A travers ces statures la lumière à nos soirées a pour effet d'être joyeuse et installe une ambiance de sereinité.

Comment décrireriez vous avec vos propres mots la musique que vous publiez sur votre label?
EH: C'est avant tout de la musique qu'on aime et en laquelle nous avons foie, mais c'est aussi superbe si elle se lie aux valeurs musicales de nos soirées. Les priorités sont pour nous les groupes d'artistes qui d'une certaine façon sont liés à nos soirées , qui sont liés d'amitié entre eux ou ceux avec lesquels on a le sentiment de pouvoir leur apporter quelque chose, de les aider à avancer. On a quelques publications de personnes qui nous ont tout simplement envoyés une demo et qui ne sont pas directement liés à nos soirées, nos évènements mais qui néanmoins rentre dans notre moule du point de vue artistique. Dans ces cas là on est pas accroché à un genre spécifique, je pense qu'il y a un fil conducteur, ce mystère que tout les morceaux transportent.

 

Quel importance accordez vous au visuel ? Aussi bien sur votre label qu'à vos soirées?
EH: C'est très important. Notre présentation est une partie très importante avec laquelle nous essayons de communiquer aux gens ce que l'on fait. Mettre des habitués sur nos flyers par exemple est un moyen mûrement réfléchit par lequel on met l'accent sur le fait qu'il s'agit d'une communauté et non pas d'une soiré avec un quelconque DJ super coté.

 

Imaginez vous que vous êtes à une soirée à laquelle on a seulement le droit à 3 vêtements – ce serait lesquels?
EH: Une paire de baskets, un pantalon court et un T-Shirt large. Des vêtements pour danser.

 

Recommandez s'il vous plaît à nos lecteurs vos sons favoris du moment!

JC: Black Deer  - Apex Break

EH: Underground Resistance - Transition

HAUT DE PAGE

S’abonner aux actus mode HUGO BOSS

Partager l’eMAG

HAUT DE PAGE