Retour
20.11.2013 | Sports

LA COURSE EST...MA PASSION

En marge du Grand Prix du Canada 2013, vous avez passé un certain temps à voyager dans le pays. Pourriez-vous imaginer de vivre dans un pays aussi étendu ou est-ce que l‘atmosphère agréablement coutumière de Monaco vous manquerait ?
L‘inconvénient de Monaco est qu’on loge dans des appartements. Il serait certainement très sympa d‘avoir un petit jardin, mais pour être franc, vu que je voyage beaucoup, je suis en fait très content de pouvoir tout simplement tirer la porte en sachant que je retrouverai tout exactement dans le même état à mon retour. Par conséquent, ma vie à Monaco est absolument parfaite pour moi en ce moment et je n‘ai pas l‘impression que cela va changer prochainement. Pour moi, Monaco est un point de départ formidable et un domicile fantastique.

Malgré votre longue carrière, le départ de la course reste-t-il encore un moment excitant ?
Toujours ! Avant chaque course, mon corps est bourré d’adrénaline. Chaque course est au moins aussi palpitante que la précédente ou que la prochaine. Je suis sous haute tension et cela n‘a jamais changé au cours de toute ma carrière. Au fil des ans, j‘ai fait de nombreuses expériences, mais l‘excitation est toujours là et tant que ce sera le cas, je courrai en Formule 1.

Qu‘est-ce qui était le plus excitant, le premier baiser ou la première fois que vous avez pris le volant d‘un bolide de F1 ?
Franchement, je n‘ai pas de souvenir de mon premier baiser, mais je n‘oublierai jamais la première fois que j‘ai pris le volant d‘une Formule 1. Par conséquent, on peut dire que c’était plus important ! Je me rappelle de chaque instant, de chaque seconde. Je conduisais la voiture de Mika Hakkinen, une McLaren de 1999, sur le circuit britannique de Silverstone. C’était une expérience unique – le ressenti de la vitesse incroyable d‘un bolide de Formule 1, et davantage encore son incroyable force de freinage.

En tant que pilote de course, vous profitez de routes larges et spacieuses. Quel est le circuit que vous préférez en Europe et dans le monde entier ?
Le circuit de SPA est l‘un des plus beaux. D‘une part, il est situé dans les Ardennes, mais son tracé est également exceptionnel. Il s’agit d’un circuit rapide et fluide, exactement ce pour quoi les bolides de Formule 1 ont été conçus. Cela vaut également pour Suzuka au Japon. Une voiture de Formule 1 atteint le maximum de ses performances lorsqu‘il y a des changements rapides de direction, et cela est particulièrement prononcé à Suzuka. Ce circuit se trouve lui aussi à l’intérieur des terres japonaises ; avec le Shinkansen, il faut environ 2h30 pour rejoindre Tokyo. C’est un circuit très spécial que j‘attends avec impatience cette année!

Si vous aviez un itinéraire préféré pour rouler à bord d‘une voiture normale, lequel serait-ce ?
Le trajet Monaco - Monza est extrêmement séduisant. Après chaque course à Monza, je rentre à Monaco en voiture.

Plus de photos

Lorsque vous n‘êtes pas personnellement au volant, êtes-vous plus nerveux ou pouvez-vous au contraire vous détendre ?
J’ai souvent un chauffeur. Personnellement, je trouve cela très confortable, je peux décompresser et écrire des mails ou des textos. Cependant, je préfère conduire moi-même.

La majorité des photos sur Internet vous présente en combinaison de course. Avez-vous du mal à échanger votre combinaison contre une veste et une cravate, par exemple de la collection BOSS ?
Absolument pas ! Je passe quasiment la totalité du week-end dans ma combinaison de course, mais dans un autre contexte, cela serait vraiment insolite. C’est pourquoi je me sens très à l’aise dans un costume BOSS bien taillé. À mes heures libres, je porte généralement des vêtements décontractés, mais c‘est avec grand plaisir que je mets un beau costume lorsque l’occasion se présente. Un costume qui ne va pas bien peut rendre quelqu‘un nerveux ou honteux, mais dans le cas contraire, cela peut être une source de grande confiance en soi.

Que pense votre mère de votre travail ? Est-ce qu‘elle vous encourage, ou bien a-t-elle peur avant chaque course ?
Ma mère est un grand soutien pour moi. Chaque année, elle se rend sur place pour quelques courses et elle regarde les autres à la maison – mais je suis certain qu’elle est très nerveuse à chaque fois.

Pilote un jour, pilote toujours ? Avez-vous des difficultés à respecter les limitations de vitesse sur les routes normales ?
Pas du tout, une course n’a rien à voir avec la conduite sur route. Conduire sur route conventionnelle est en vérité beaucoup plus dangereux, car un grand nombre de gens ne font pas attention à leur entourage. Non, c’est un plaisir que je me réserve pour les circuits! 

Jenson, merci beaucoup pour cette interview !

HAUT DE PAGE

S’abonner aux actus mode HUGO BOSS

Partager l’eMAG

HAUT DE PAGE