Éditorial BOSS : Henry CavillÉditorial BOSS : Henry Cavill

Le leader

Quand on est acteur, on ne s’ennuie jamais. Des entraînements intensifs à Superman, Henry Cavill se confie à Louis Wise sur son parcours et sa motivation sans faille.

Difficile de déterminer le moment qui a marqué un tournant dans la vie de Henry Cavill. Était-ce lorsqu’il était encore étudiant et qu’il décrochait son premier rôle dans l’adaptation de la Vengeance de Monte-Cristo ? Ou bien lorsqu’il campait un duc sulfureux dans la série Les Tudors ? Il y a fort à parier que c’est son interprétation de Superman qui a véritablement lancé sa carrière. Depuis Man of Steel, sorti en 2013, c’est Henry Cavill qui enfile la célèbre cape rouge dans la série de films à succès. Fidèle à lui-même, c’est avec modestie qu’il évoque son parcours.

« Je ne pense pas qu’il y ait un moment en particulier », dit-il. « Je pense que le succès est dû à la constance au fil du temps. » Une réponse à l’image de Henry Cavill : réfléchi, calme et aussi britannique que son accent. L’acteur, qui a grandi sur la petite île de Jersey, sait parfaitement de quoi il parle. Après avoir joué dans la Vengeance de Monte-Cristo, il a été pressenti pour jouer plusieurs rôles importants, notamment dans Twilight, Casino Royale et Superman Returns. Rôles qu’il n’a finalement pas obtenus. Pourtant, malgré ces premières années de frustration, l’acteur ne s’est jamais découragé. Que ce soit pour son rôle de Clark Kent dans Superman, celui du mystérieux August Walker dans Mission impossible : Fallout, ou encore pour son interprétation inoubliable de Napoleon Solo dans Agents très spéciaux : Code UNCLE, le séduisant Britannique de 36 ans fait aujourd’hui partie des grands noms du cinéma, alliant muscles d’acier et sensibilité moderne. Et sous ses airs de parfait gentleman, n’oublions pas que l’acteur réalise encore lui-même toutes ses cascades, même les plus dangereuses.

« J’adore ça ! », affirme-t-il. « C’est vraiment important pour moi de réaliser mes propres cascades, pour que les gens puissent complètement s’immerger dans le film. » Sa cascade la plus dangereuse est sans aucun doute la célèbre course-poursuite en hélicoptère dans Mission impossible, lors de laquelle il affronte Tom Cruise au-dessus des Alpes du Sud néo-zélandaises. Il y avait de quoi avoir peur… Mais Henry Cavill « s’est vraiment amusé ». Quand on sait que s’il n’avait pas réussi au cinéma, il se serait engagé dans l’armée, on peut dire que Henry Cavill est un homme d’action à la ville comme à la scène. « Ce film m’a motivé à passer mon permis moto », sourit-il en parlant de Mission impossible, « et je ne compte pas m’arrêter là ! ».

Look d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSSLook d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSS

Décidément, son dévouement n’a aucune limite. Il faut dire qu’il doit son succès en grande partie à sa condition mentale et son physique irréprochable. « Je dirais que je suis quelqu’un de déterminé », affirme-t-il avec sa légendaire modestie. Est-il difficile de s’astreindre à une telle discipline ? « La discipline, ce n’est pas quelque chose de toujours facile ou difficile », déclare-t-il. « Certains jours c’est un véritable défi, et d’autres jours cela vient naturellement. La plupart de mes rôles nécessitaient une préparation physique importante » ajoute-t-il, « donc c’est devenu une habitude pour moi ».

Le succès de Henry Cavill repose sur son éducation. Avant-dernier d’une fratrie de cinq, il a été élevé par un père courtier et une mère au foyer. Henry Cavill ne tarit pas d’éloges à propos de ses parents, notamment de son père qui lui a enseigné un « code de gentleman » qu’il a toujours appliqué à la lettre. Et avec autant de garçons à la maison, autant dire que l’ambiance était propice à la bagarre (« mais c’était toujours bon enfant »).

Une éducation qui se révéla utile pour faire face à la rigueur de la prestigieuse Stowe School. C’est là que le jeune Henry Cavill se découvre une passion pour le théâtre. Il y rencontre même Russell Crowe lors d’un tournage. Les fans de Henry Cavill connaissent bien cette anecdote : le jeune Henry s’est approché de Crowe et lui a demandé comment était la vie d’acteur. Une semaine plus tard, il reçoit une lettre avec une photo de l’acteur prise sur le tournage de Gladiateur, accompagnée d’une note : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. »

Look d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSSLook d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSS

Vingt ans plus tard, Henry Cavill n’en est plus à ses premiers pas ; il a même tourné avec Russel Crowe lui-même dans Man of Steel. Cette année, l’acteur est sur tous les tableaux, que ce soit dans la série Netflix The Witcher ou dans le jeu vidéo Squadron 42. Ces deux projets s’inscrivent dans la continuité d’une carrière d’acteur aujourd’hui : le show-biz s’adapte aux nouvelles technologies et crée de nouvelles façons de raconter des histoires. « Je n’ai pas hésité une seconde pour Squadron 42 », précise Henry Cavill. « J’ai toujours été fan de jeux vidéo. » Parmi les développeurs du jeu figure le créateur de Wing Commander, l’un des jeux préférés de Henry Cavill. « Quand j’ai entendu parler de ce nouveau projet, j’ai tout de suite voulu en faire partie. »

Mais sa plus grande passion reste Kal, son chien, un imposant Akita américain, baptisé d’après le nom de naissance de Superman, Kal-El. « Je l’emmène presque partout avec moi », dit Cavill, « il n’y a rien de plus ressourçant que de passer un dimanche avec lui. »

Et pour ne pas perdre de vue l’essentiel, il applique autant que possible les 50 conseils rédigés par un octogénaire et tirés d’un article envoyé par un ami. « Je pratique régulièrement l’auto-réflexion », explique-t-il, « et cet article m’y aide beaucoup. » Il s’agit de conseils de vie tels que « Toujours avoir une poignée de main ferme » ou encore « Devenir le héros de quelqu’un ».

« Cela m’aide vraiment à mettre les choses en perspective », confie-t-il, « surtout quand je suis un peu stressé ». Stressé ? Difficile d’imaginer Henry Cavill en proie au stress. Aussi fort que Superman et aussi sagace que Clark Kent, l’acteur peut toujours compter sur son calme, son flegme et sa constance pour se sortir de situations délicates.

«Je pratique l’auto-réflexion»

HENRY CAVILL

Acteur

Look d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSSLook d’Henry Cavill avec lunettes, signé BOSS